Prix de reconnaissance international remis au MUSÉE DE L’ABEILLE.

20/10/2010

Mme Viviane Chabot, coordonatrice à l'animation et Redmond Hayes, président.


Le MUSÉE DE L’ABEILLE - ÉCONOMUSÉE DU MIEL a été reconnu par la NAPPC (North American Pollinator Protection Campaign) pour ses actions de sensibilisation auprès du public dans le cadre de la campagne pour la protection des pollinisateurs.

 Le POLLINATOR ADVOCATE AWARD est attribué pour tous les efforts soutenus afin de faire connaître le rôle et l’importance des insectes pollinisateurs tel les oiseaux, les abeilles, les chauves-souris, les papillons, les coléoptères et tous les autres animaux qui permettent à plus de 75% des plantes à fleurs de se reproduire, et qui compte pour le tiers des denrées alimentaires d’une nation.

Célébrant ses 20 ans cette année, le MUSÉE DE L’ABEILLE - ÉCONOMUSÉE DU MIEL a émerveillé et éduqué ses visiteurs à l’importance des abeilles dans notre quotidien, dans le milieu agricole et dans l’économie locale. Cette institution a mis sur pied une exposition et des animations qui touchent tous les groupes d’âge. Un des éléments clé du MUSÉE DE L’ABEILLE est l’aspect économique des produits de la ruche qui permettent aux gens de se connecter avec le travail des abeilles.

Les autres récipiendaires pour 2010 sont:*Sabrina Malach, Toronto, Canada: efforts soutenus pendant la semaine des pollinisateurs à Toronto.*Huberto Berlanga, Mexique: étude sur la migration des pollinisateurs.*Dr. Tammy Horn, Université du Kentucky, États-Unis: étude sur la réintégration des abeilles en revitalisant les habitats sur les sites miniers dégradés.*Alcee Hastings, Chambre des représentants des États-Unis: pour sa grande contribution dans la reconnaissance des pollinisateurs au sein des politiques agricoles.

Le NAPPC est constitué de plus de 120 organisations aux États-Unis, au Canada et au Mexique. Cet organisme est chapeauté par POLLINATOR PARTNERSHIP dont la mission est de protéger les pollinisateurs qui sont nécessaires à l’alimentation et aux écosystèmes grâce à la conservation, l’éducation et la recherche.   



Retour